édito été 2012 L'été? Quel été? Au-dessus de la ligne de partage entre le Nord et le Sud, du côté de Valence, un temps hors saison, un jour avec (auréoles de sueur sous les bras) un jour sans. Des suées mais avec parapluie. On parle du temps qu'il fait, comme les anglais! Pourtant on en aurait des choses à dire depuis que le changement c'est maintenant. Des bombes sous le fauteuil de François, placées par Nicolas : Peugeot, Sanofi et combien d'autres! Josias tué à Megiddo, encore ! Les shrapnels de bombes sociales toujours plus déflagrantes vont nous démoraliser un peu plus, dès septembre, c’est promis. Assad et ses complices russes et chinois meurtrissant un peu plus chaque jour le peuple syrien dans l’indifférence occidentale. La libye et le reste du Maghreb en proie au salafisme, une ‘notion’ qui s’impose peu à peu comme un dogme exigeant et dominateur. Et en France, le Tour de France offert à un anglais, et la proximité de la Foire aux marques qui commence vendredi 27 pour 4 milliards de cerveaux disponibles. A part ça, Manuel Valls est un bon ministre de l'Intérieur, une excellente surprise et la promesse du changement tenue. Merci à lui d'avoir rendu l'air du pays plus léger en dépit de l'état de crise qui s'aggrave. Et l'Art dans tout ça? Leïla Voight lance le Festival international d’Art contemporain Alpilles-Provence’art, un festival d’été exceptionnel entre Avignon, Arles, Marseille et Aix-en-Provence, une initiative qui a ma sympathie, car s'engager dans des événements de cette ampleur en ce moment c'est courageux. Pour le reste, le marché est assoupi, les collectionneurs sont en vacances, et les artistes taillent leurs crayons. Quant à moi, je vais faire un tour en vélo,

serge malik i.d.
conseil en communication par l'art et mécénat

 
édito été 2012
l'agence
réalisations
publications
workinprogress
téléchargement
contacts
serge malik
références
liens
edito mai 2012
édito novembre 2011
édito septembre 2011
édito mai 2011
édito janvier 2011