édito mai 2012

Long time no see. En fait, la maquette de mon site que j'aimais beaucoup est devenue une contrainte insupportable. Une sorte de format Twitter en un peu plus grand.
Pas de quoi développer autant que je voudrais les quelques idées qui m'arrivent de temps en temps.
Cette reprise, courte, forcément courte, pour dire l'impression très bizarre que j'ai ressentie dans le nouveau Palais de Tokyo. L'immensité du lieu, les abîmes en sous-sol (mais pas sous-Seine), le gigantisme des salles, c'est comme la maquette de mon site à l'envers. C'est très grand. Trop grand?
Car il faudra remplir. Spectacles et installations, soit. Mais quoi?
L'homme de la Beauté en Avignon est sans doute taillé pour la tâche, du moins je le souhaite.
Le Palais de Tokyo, comme le Stade de France, où il a fallu Bigard et Johnny, des compétitions de sports mécaniques et des tribunes vides pendant des mois, aux frais de l'Etat?
Le culture avec un grand C ou la culture avec un gros Cul..?
Libérer de l'espace pour l'art, libéraliser l'art, organiser une concurrence entre les lieux à Paris, entre les expositions spectacles où se mesurent en files d'attente le succès de tel ou tel artiste? C'est le succès du marketing et de la promo qu'il faut célébrer et, oui, tant mieux si des milliers de gens ont vu Beauté Animale (?) ou Helmut Newton.
Je ne sais plus où je dois me situer entre trop peu et trop. Je vais attendre, pour voir si je peux faire quelque chose avec le trop peu.

serge malik i.d.
conseil en communication par l'art et mécénat

 
édito été 2012
l'agence
réalisations
publications
workinprogress
tÚlÚchargement
contacts
serge malik
références
liens
edito mai 2012
édito novembre 2011
édito septembre 2011
édito mai 2011
édito janvier 2011