Arpenteur sans frontières des chemins abrupts de la culture, Serge Malik défend sans relâche depuis 25 ans une certaine idée de la culture, proche de ceux qui la font et la défont. 

Sa plume lapidaire et son anticonformisme vibrant le dispensent de carte de visite, Serge Malik n’appartient à aucune chapelle artistique, il abhorre tant les microcosmes culturels que les courtisans de l’ancienne garde artistique. Il se plait davantage en d’Artagnan des arts, combattant les impostures et traquant les aberrations d’une époque conflictuelle et trop policée.

Cet entrepreneur savant et éloquent, est encore un des rares à se demander si "l’art est soluble dans la pub", à dénoncer les jeux de pouvoirs qui prédominent dans nos institutions, à s’interroger "comment l’art pourrait être subversif s’il n’est pas politique".

L’une des principales caractéristiques de sa démarche est qu’elle est depuis longtemps ‘mondialisée’ au sens où il traite le sujet de l’art contemporain dans son universalité, ignorant les frontières des genres, des pratiques et des pays.

Ami fidèle et intarissable des artistes qu’il a rencontrés au fil de ses expériences, il est un des premiers à soutenir l’artiste Katinka Bock, à s’extasier devant les fresques de Jonone, à éditer le graphisme génial de Michal Batory, à produire les vidéos d’Annie Ratti et à soutenir les Pupsam.

Cet iconoclaste, prône un rapport interventionniste et non formaté à l’art d’aujourd’hui… ce qui ne lui vaut pas que des amis dans le giron culturel bien pensant.

Il n’y a qu’à lire les éditos sur son site Internet (www.sergemalik.com) pour comprendre que son engagement auprès des artistes est total voire totalitaire. L’homme est libre et use du verbe comme arme de combat, sans concession ni dépendance. Il fuit les expertises et les dogmes, ses idées jaillissent sans filtre ni préambule.

Il étonne, agace, impressionne, mais est respecté pour sa détermination passionnée et sa réputation d’empêcheur de penser en rond. Il garde de son aventure aux radios libres une énergie proactive et iconoclaste, avance sans filet ni censure, se joue des mises en gardes et ne croit que son instinct.

Homme de goût, de culture et d’action, Serge Malik a fait sienne la sentence de René Char : «Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. » Nerveux et impatient, comme un acteur qui entre en scène, il n’oublie pas que le poète concluait par « A te regarder, ils s'habitueront.»

 

 

serge malik i.d.
conseil en communication par l'art et mécénat

 
édito été 2012
l'agence
réalisations
publications
workinprogress
tÚlÚchargement
contacts
serge malik
références
liens
présentation de l'agence
notice biographique